Parfums

woman buying perfume in shop or storeD’après la Fédération Française de Parfumerie Sélective, les ventes de parfums ont totalisé 2,9 milliards d’euros en France, sur l’année 2012. Ce chiffre démontre à lui seul l’intérêt que portent les contrefacteurs à ce marché. Les parfums contrefaits peuvent ressembler fortement aux originaux, tant au niveau de l’étui, de la forme, que des caractéristiques du flacon.

Toutes les grandes marques subissent la contrefaçon, d’autant que les copies sont olfactivement de plus en plus fidèles aux originaux. Pour illustrer la situation, il faut savoir que 170 000 produits de soins corporels ont été saisis par les douanes françaises en 2013, provenant de Chine (à 44%) mais également de Russie et d’Italie.

Des produits toxiques et nocifs

Dans un reportage réalisé par Envoyé Spécial, et datant de 2008, un laboratoire a mis en évidence du scatol ou du polyéthylène glycol. Ces substances sont nocives pour la santé et peuvent provoquer des réactions allergiques chez les sujets qui les utilisent. La santé des consommateurs est alors mise en question. Les Douanes ne se limitent pas aux seules saisies. Elles font réaliser des tests en laboratoire. À l’été 2012, une opération sur le port de Marseille-Fos a permis de mettre la main sur 45 000 faux parfums destinés aux pays européens. Une analyse des parfums a été pratiquée auprès d’un laboratoire de la ville. L’objectif des douanes dans ce cas de figure est de connaître le niveau de dangerosité auxquelles s’exposent les acheteurs de produits contrefaits. Les matières avec lesquelles sont préparés les parfums contrefaits sont peu coûteuses mais surtout interdites. Ces substances sont à éviter car elles peuvent provoquer des brûlures et des irritations de la peau.

Plus récemment, un communiqué du  FBI informe des dangers que les consommateurs courent en utilisant des contrefaçons. Les études réalisées par le gouvernement des Etats Unis et les industriels ont révélés des substances dangereuses pour l’humain. Ils ont notamment découvert dans les parfums et cosmétiques contrefaits une substance appelée DEHP. C’est un type de phtalate cancérigène. La présence de cette substance favorise l’apparition du cancer de la peau. Par ailleurs, des traces d’urine ont également été retrouvées dans ces produits, ce qui provoque des éruptions cutanées et des démangeaisons.