Biens culturels et événementiel

Les événements sportifs et médiatiques sont la proie des contrefacteurs. Ils mettent en place de fausses plateformes d’achat de billets ou de séjours sur place, pour profiter des retombées économiques de ces événements.

On trouve sur internet de faux billets à la revente sur ce qu’on nomme communément le marché noir. Certains marchands malhonnêtes se sont spécialisés dans la revente de faux billets. Ils recréent des billets et les revendent sur internet, à des prix plus élevés. Ces fraudes sont malheureusement découvertes que trop tard, une fois que l’acheteur tente de se rendre sur les lieux de l’événement.

Billets finale au Brésil

Les événements planétaires inspirent les contrefacteurs

Ces pratiques sont monnaie courante lors des grandes manifestations internationales ou pour les visites de lieux réputés. Les coupes du monde de foot (début juin 2014 nous étions déjà à 275000 euros de faux billets pour la coupe du monde de foot au Brésil 2014), ou de rugby, ou les faux billets pour visiter le Louvre (3600 faux billets saisis par les douaniers belges en août 2013). Dans le même temps les logos, maillots ou produits dérivés officiels sont reproduits et vendus hors des canaux de distribution officiels. Ces fraudes touchent ainsi autant les organisateurs que les marques présentes autour des dits événements.