Lieux d’échanges

Zones d’échange

Certains espaces comme les forums ou groupes de discussions sont des endroits privilégiés pour contacter des acheteurs. Les vendeurs proposent des produits à des prix moindres que sur les canaux de distributions officiels. Ces espaces sont conçus pour appâter l’acheteur en lui promettant des offres avantageuses.

Canaux de vente non contrôlés

Les plateformes de vente sont indépendantes des ayants droit. A ce titre, les marques ne peuvent avoir de contrôles sur ces vendeurs. On distingue parmi elles : les plateformes marchandes, des sites marchands ou encore des petites annonces.

Les canaux de distributions non officiels qui proposent des articles de la marque se fournissent sur des réseaux «parallèles». Ces fournisseurs parviennent à leur proposer des prix avantageux, en s’approvisionner chez un grossiste (ou assimilé) extérieur à la marque. Ils  proposent alors des produits « pas chers ». Les produits apparaissent comme des articles de marques et laissent l’acheteur penser que ce sont des offres intéressantes.

Ces sites ne font pas partie des canaux de distribution officiels il n’y a aucun garantie quant à l’authenticité des produits achetés.

Réseaux de vente

Les réseaux de vente évoluent tous les jours, avec l’apparition de nouveaux produits et vendeurs. Ces derniers publient des annonces en essayant de capter l’attention d’un acheteur. Surveiller le flux des informations devient primordiale pour les marques et distributeurs qui voient ici une partie de leurs consommateurs se détourner du réseau officiel pour acquérir un produit sur d’autres réseaux de vente.

La technologie webdrone permet de détection l’apparition de nouveaux vendeurs et les variations quant au volume de vente proposé. Les réseaux sociaux sont également scrutés avec attention et nous pouvons mettre à jour les profils et nouveaux produits dans les réseaux sociaux.

Réseaux sociaux

Facebook, Twitter, Google+ ou encore Instagram sont les réseaux sociaux les plus utilisés. Le blog du modérateur s’est intéressé aux utilisateurs de chacun de ses réseaux. Il recense pour Facebook et Twittter, respectivement 1,32 milliard d’utilisateurs dont 26 millions en France et 255 millions dont 2,3 millions en France.

Les réseaux sociaux regorgent de contrefaçons. Certains utilisateurs proposent des offres à prix cassé. Ces plateformes sont des profils dédiés à la vente de produits contrefaits. Les revendeurs affichent les photos des produits proposés avec leurs prix de vente.

Les produits proposés sont affichés comme des produits authentiques. Ces revendeurs, cachés sous de faux profils, agissent en tant que vendeurs ou grossistes pour pousser l’acheteur à s’intéresser à son offre, et vendre de la contrefaçon.

Au vu de la quantité de profils-revendeurs sur les réseaux sociaux, il y a fort à parier que ce mode de distribution est particulièrement apprécié. Il faut rester en alerte et surveiller les réseaux sociaux afin de défaire ses revendeurs.

Zones d’information

Les marques subissent une concurrence déloyale et perdent le contrôle de sa distribution. La surveillance devient dès lors un enjeu commercial. Un logo ou autre symbole appartient à la seule entité qui détient des droits là-dessus. Il constitue une partie de l’identité de la marque, et est régie par le droit de la propriété intellectuelle. C’est une violation des droits de la propriété intellectuelle. L’utilisation pour une autre entité économique est un délit. Les sites qui utilisent des logos ou du contenu non autorisé sont ainsi dans l’illégalité.