Affaiblissement de la marque et des distributeurs officiels

Réseau officiel

Les distributeurs officiels investissent dans leurs réseaux de vente, et dans les droits d’exploitations des produits qu’ils distribuent. Leur objectif est de maximiser l’efficacité de leur réseau pour toucher leur clientèle. A partir du moment où la clientèle peut facilement, par le biais d’Internet ou tout autre réseau de vente, acquérir un produit (original, contrefait, ou copié), le risque économique devient très important pour le distributeur officiel.

En tant que distributeur, il a réalisé les investissements nécessaires et importants pour la distribution légale des produits originaux. Il respecte la charte du fabriquant en termes d’exposition, de méthodes, de tarifs, et a dû pour cela prendre un risque financier. Les contrefaçons, les copies, ou les ventes parallèles de produits font donc logiquement peser une menace très forte d’affaiblissement pour l’ensemble des distributeurs officiels.

Perte financière

Tout ceci se traduit, d’abord, en termes de pertes financière. Les individus qui achètent de la marchandise dans les réseaux non agréés l’auraient fait dans les réseaux officiels. Les acheteurs s’approvisionnent pour acheter un produit sans danger et non une contrefaçon. Ils sont induits en erreur par le vendeur. La différence entre un produit de marque et la contrefaçon peut être telle que dans certaines industries comme l’automobile, le consommateur n’y voit que du feu. Il n’est pas simple pour un consommateur non averti de les différencier. Les pièces contrefaites peuvent donc très facilement se faire passer pour un produit de marque.

Image écornée

Les produits contrefaits se retrouvent assimilés à ceux de la marque. Les finitions approximatives de la contrefaçon écornent l’image de la marque, qui est perçue comme une entreprise vendant des produits de mauvaise qualité. Ces commentaires mettent à mal la marque, sans qu’elle soit la responsable. Elle doit assumer la mauvaise publicité à cause des faussaires qui se font passer pour elle.

Des accidents liés aux marchandises contrefaites se retrouvent mêler à l’image de la marque. Il faut attendre que des analyses en laboratoire démontrent que la marque n’est pas responsable de la défaillance, mais bien victime. Celle-ci risque de passer auprès des médias pour la responsable de défaillance de son produit.

E-réputation

C’est la détection des publications sur les marques, produits, dirigeants et enseignes commerciales.

Les entreprises ont longtemps assimilées Internet à un moyen de communication et un réseau de distribution. Elles se sont servies de la toile pour être davantage en contact avec la clientèle. C’est une vitrine pour les entreprises et une façon d’augmenter leur visibilité. Ce grand Eldorado a pourtant des failles.

Une chose est sure : on ne contrôle pas ce qui se fait ou se dit sur internet. Tout le monde participe à l’Internet, et c’est ce qui lui est propre. Chaque utilisateur peut communiquer et faire partager ses points de vue. Des propos aussi bien positifs que négatifs émanent des utilisateurs, les propos négatifs font du tort à l’image de la marque.

Ainsi les entreprises prennent de plus en plus conscience qu’elles peuvent aussi devenir victimes. Coté entreprise, la mauvaise publicité est à proscrire. Pour autant, on prend connaissance de celle-ci une fois qu’il est trop tard pour agir véritablement.

Certains poussent le vice en se créant de faux profils pour commenter des produits et services. Des entreprises situées à l’étranger, dans des pays comme Madagascar, proposent des avis à des entreprises, ce qui est pénalement répréhensible. Ils peuvent faire mousser un commerce, ou pénaliser leurs concurrents par de mauvaises critiques. L’ensemble des avis est à prendre avec des pincettes. Il convient de faire attention aux commentaires rédigés.

Comment êtes-vous perçus sur Internet ?

Ce que les clients ou potentiels clients pensent sur votre compte. Les avis des uns se font avec les avis des autres. Prendre connaissance de mauvais commentaires, incitera bon nombre d’entre vous à vous intéresser à d’autres produits ou services. Il en va de même pour vos propres clients. Savoir ce qu’on pense sur vous et votre entreprise permet de mieux cerner ce qui se passe sur internet et surtout d’augmenter sa marge de contrôle sur ce qui se fait et se dit sur internet.